Oncomassothérapie

(c) 2019 – Joël de Grandpré, Massothérapeute en gestion musculaire et oncomassothérapeute

 

Le massage a son lot de bienfaits dans la vie de tous les jours. Si vous avez vous-mêmes eu
recours à un traitement en massothérapie, vous connaissez déjà cette sensation hors du commun
qui résulte d’une séance, peu importe que votre besoin ait été une pure détente ou d’atténuer
certains inconforts que vous aviez traînés trop longtemps.

Au fil des décennies, plusieurs spécialisations ont vu le jour et, parmi celles-ci, l’on dénote
l’apparition de l’oncomassothérapie. Mais qu’en est-il exactement et comment peut-elle constituer
un accompagnement aux gens atteints de cancer?

Recevoir un massage lors d’un épisode de cancer, c’est généralement toujours possible même
s’il existe des contre-indications. Le mot d’ordre pour un thérapeute spécialisé est : adaptation.
Grossièrement, le massage pourra se voir ajusté en lien avec les régions du corps massées, la
pression effectuée, le rythme des manoeuvres et la durée du massage.

En massothérapie “standard”, alors que chaque client sera considéré comme étant du cas par
cas, en contexte d’oncologie et de soins palliatifs, chaque rencontre avec la même personne
atteinte sera à analyser au jour le jour du fait qu’en dépit de l’historique de santé, l’état de santé
peut varier d’un moment à l’autre. Cela exige donc du massothérapeute une ré-évaluation des
besoins, des contre-indications et de l’état de santé actuel de la personne massée lors de
chacune des rencontres.

On dénote la possibilité d’observer les principaux bienfaits suivants :
➢ Une diminution du stress ou de l’anxiété qui suit l’annonce diagnostic ou les traitements
➢ Une meilleure qualité de sommeil (qui favorisera le fonctionnement du métabolisme)
➢ Une atténuation des inconforts reliés au cancer et aux traitements
➢ Une baisse du niveau de neuropathie (insensibilité) aux extrémités (doigts et orteils)
➢ Une absorption plus efficace de médicaments vu la stimulation de la circulation sanguine
➢ Un soulagement de la constipation résultant de la prise de certains médicaments

➢ Le retour d’une connotation positive au toucher qui souvent a disparu ou que la personne
ne ressent plus suite aux contacts déplaisants (ex. prises de sang, intubation, chirurgies
et autres traitements possibles)
➢ Une opportunité à la personne atteinte de revenir dans le moment présent et de ne plus
être dans l’appréhension

Ceci dit, et selon les différents contextes, l’entourage proche peut parfois être encore plus
susceptible de nécessiter un massage. Il s’agit là d’un autre aspect de la formation du
massothérapeute spécialisé qui aura une plus grande capacité à gérer les états émotionnels et
psychologiques reliés à cette condition de santé importante et les enjeux qui en découlent.

En effet, selon l’historique familial et les enjeux reliés à la fin de vie, un membre de la famille ou
un accompagnateur peut se retrouver dans une situation où l’impuissance, le désir de vouloir en
faire plus et le poids psychologique de la mort imminente viennent brimer sa propre qualité de
vie. C’est alors en se permettant un massage que cette personne pourra profiter de ce court répit
pour possiblement se ressourcer momentanément. Cela lui permettra d’ainsi mieux pouvoir
accompagner l’être cher aux prises avec le cancer et son processus.

Pour plus d’informations, osez contacter un oncomassothérapeute diplômé (une formation de
plus de 200 heures est fortement conseillée et non un atelier de quelques jours). Il saura
démystifier certaines de vos interrogations. De tels thérapeutes se retrouvent généralement en
cliniques privées, dans certains établissements hospitaliers ainsi que dans certains centre de
soins spécialisés.